📖 Que lire en ce moment ? TĂ©moignages, philosophie politique, tutos, tĂ©lĂ©charger gratuitement des textes en ligne📚

10 textes gratuits à lire en ligne pour affuter ses armes critiques : « A couteaux tirés » texte anonyme, « La brochourre » texte collectif, « Autonomie politique et antimonde » de Vada , « Treize mille belles » de Os cangaceiros, « Age, race, classe sociale et sexe  » de Audre Lorde, « Les fossoyeurs du vieux monde » textes collectif,  « La société du spectacle » de Guy Debord, « Une question de classe » de Dorothy Allison, « Déclaration interdite de Ravachol à son procÚs », « Taz » de Hakim Bey

On remet en page progressivement l’infokiosque du blog,  avec des couvertures exclusives, mais n’oubliez pas qu’il en existe plusieurs autres en ligne et en physique !  Pour un accĂšs libre aux savoirs, que vivent et fleurissent les infokiosques!

« En s’exerçant un peu, on pourrait passer des jours entiers sans la moindre idĂ©e. Les rythmes quotidiens pensent Ă  notre place. Du travail au « temps libre », tout se dĂ©roule dans la continuitĂ© de la survie. On a toujours quelque chose Ă  quoi s’agripper. Au fond, la caractĂ©ristique la plus stupĂ©fiante de la sociĂ©tĂ© actuelle est de faire cohabiter les « petits conforts quotidiens » avec une catastrophe Ă  portĂ©e de main. »

 

 

« S’agit pas de faire notre mea culpa, pas de saint esprit dans nos coeurs ; s’agit pas de faire se lever les poings, la hargne est dĂ©jĂ  vivace. Et pas question non plus de plonger dans l’argumentaire scolaire qui fait plaisir Ă  la maĂźtresse. Mais tout de mĂȘme, Ă  parler techniques de chouchou, on en profite pour placer deux mots, sur ce qui loge dans les viscĂšres. »

 

 

« Contre ce monde et ses tenants qui voudraient que nous nous soumettions indéfiniment à leurs rÚgles du jeu, que nous errions sans fin, stratifié-es et paumé-es dans un labyrinthe de dominations, perdant nos vies à les gagner ; bùtissons notre Anti-monde, incarnons leur négation, construisons leur disparition ! »

 

 

Dossier sur la construction de 13000 places de prison, et des actions contre cela.

 

 

 

 

 

« Dans une sociĂ©tĂ© qui dĂ©termine le bien en termes de profit, plutĂŽt qu’en termes de besoins humains, il existe toujours un groupe donnĂ© de personnes qui, sous le joug d’une oppression systĂ©matique, peut se vivre comme surplus, occuper la place de l’infĂ©rieur dĂ©shumanisĂ©. Dans cette sociĂ©tĂ©, ce groupe est composĂ© des personnes Noires, de celles du Tiers-Monde, de la classe ouvriĂšre, des personnes ĂągĂ©es et des femmes »

 

 

BasĂ©s Ă  l’origine Ă  Nice, les Fossoyeurs publient entre 1977 et 1983 quatre numĂ©ros de leur revue dans laquelle ils explicitent leurs visions politiques et critiques du mouvement rĂ©volutionnaire. Les Fossoyeurs comme plus tard les Cangaceiros menĂšrent leur offensive par tous les moyens qu’ils Ă©taient capables d’imaginer, dont l’édition de textes. Leurs textes sont d’ailleurs signĂ©s mais par des pseudos, clandestinitĂ© oblige.

 

« Il faut lire ce livre en considĂ©rant qu’il a Ă©tĂ© sciemment Ă©crit dans l’intention de nuire Ă  la sociĂ©tĂ© spectaculaire. Il n’a jamais rien dit d’outrancier. »
Guy Debord, Avertissement pour la troisiÚme édition française

 

 

 

« Pour rĂ©sister Ă  la destruction, Ă  la haine de soi ou au dĂ©sespoir Ă  vie, nous devons nous dĂ©barrasser de la condition de mĂ©prisĂ©E, de la peur de devenir le « eux » dont ils parlent avec tant de mĂ©pris. Nous devons refuser les mythes mensongers et les morales faciles. Nous devons nous voir nous-mĂȘmes comme des ĂȘtres humains, avec des dĂ©fauts, et extraordinaires. Nous touTEs –extraordinaires. »

 

 

Le texte suivant a Ă©tĂ© Ă©crit par Ravachol pour son procĂšs, le 21 juin 1892. Cela lui a semble-t-il Ă©tĂ© interdit. « Ravachol avait une sacrĂ©e envie de coller son grain de sel dans la dĂ©fense, non pour se dĂ©fendre, mais pour s’expliquer. Y a pas eu mĂšche, nom de dieu ! A la quatriĂšme parole, le chef du comptoir lui a coupĂ© le sifflet. Sa dĂ©claration n’est pas perdue, nom d’une pipe ! ».Emile Pouget

 

 

La TAZ, ou Zone Autonome Temporaire, ne se dĂ©finit pas. Des « Utopies pirates » du XVIIIe au rĂ©seau planĂ©taire du XXIe siĂšcle, elle se manifeste Ă  qui sait la voir, « apparaissant-disparaissant » pour mieux Ă©chapper aux Arpenteurs de l’État. Elle occupe provisoirement un territoire, dans l’espace, le temps ou l’imaginaire, et se dissout dĂšs lors qu’il est rĂ©pertoriĂ©. La TAZ fuit les TAZs affichĂ©es, les espaces « concĂ©dĂ©s » Ă  la libertĂ© : elle prend d’assaut, et retourne Ă  l’invisible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.