[PARTAGE DE SAVOIRS] 🍎 Annuaire des bibliothèques, infokiosques et archives des luttes sociales 📚: littérature féministe, antiraciste, anticapitaliste pour tou.s.te.s 🐍⚡

Cette semaine, on a décidé de parler des bibliothèques autogérées dans lesquelles tu peux te rendre pour consulter ou emprunter des livres/brochures ou des supports multimédias que tu ne trouveras pas dans les bibliothèques municipales, et que tu ne peux sûrement pas t’offrir car tu es pauvre 😮😢 et dépourvu.e des pépètes nécessaires à l’achat du moindre livre 🥀💔 .

Il y a des gens (beaucoup) qui n’aiment pas trop lire et compte-tenu de cette information, sache que la plupart des bibliothèques féministes, anarchistes, anticapitalistes, anti-racistes, anti-autoritaires que l’on va mentionner dans cet article sont des lieux vivants où tu peux aller rencontrer les gens qui t’attendent impatiemment dans le cadre de permanences 🍩☕, soirées jeux de société, ateliers d’écriture, discussions, et cetera. Une occasion comme une autre de confronter tes idées et d’entendre parler d’auteur.e.s plus subversif.ve.s que ceux dont te parlait tan prof de français au collège. 🏹 (ou d’emprunter un film si vraiment les bouquins, t’aime pas ça !!)

Si tu connais une bibliothèque ou un infokiosque non-marchand qui n’est pas référencé.e ici, merci de nous le faire savoir pour qu’on l’ajoute 💋

Avertissement : Tous ces lieux sont issus des luttes sociales, fonctionnent un maximum hors des logiques de profit et se consacrent à partager un savoir non-marchand, subversif et contre les différentes formes d’oppressions. Certains d’entre eux sont peut-être animés 🙈 par un léger 🙉 esprit de chapelle* 🐵 voire des analyses qui nous semblent malheureuses… alors vas-y, mais sans oublier ton esprit critique  🌼

📢  En fin d’article, on parle aussi des bibliothèques en ligne, avec bouquins, archives et brochures téléchargeables gratuitement.

Continue reading « [PARTAGE DE SAVOIRS] 🍎 Annuaire des bibliothèques, infokiosques et archives des luttes sociales 📚: littérature féministe, antiraciste, anticapitaliste pour tou.s.te.s 🐍⚡ »

[FESTIVAL] 📜 🍻 8 événements féministes / anticapitalistes / antiracistes / écolos en septembre 2019 🍁 🍂

Il y a tellement de fêtes, festivals, soirées, rencontres – contre toutes les formes d’oppressions – de prévu.e.s pour ce mois de septembre 2019 qu’on vous en propose une petite sélecta hétéroclite. La plupart de ces événements dure plusieurs jours donc impossible de les louper 🤷

  • 6 – 9 SEPTEMBRE : 🌬️ / 5ÈME EDITION DE LA FÊTE DU VENT / 🌲AMASSADA (lieu occupé à Saint Victor, proche Albi/Montpellier) / Contre l’écologie industrielle /

Des balades et des discussions avec des gens savant.e.s 🙃 dans  un  cadre  sauvage  et  illégal  

Plus d’infos sur https://douze.noblogs.org/

  • 10 – 17 SEPTEMBRE : 🚔 / SEMAINE CONTRE LA RÉPRESSION / GRENOBLE / 📢

Cette semaine est destinée à faire connaître le collectif et à récolter des fonds pour les Gilets Jaunes interpellés le 1er mai dernier à la suite de la manifestation syndicale. Ces derniers passent en procès ce lundi 16 septembre, à 13h30, au Tribunal de Grenoble, et un rassemblement de soutien est appelé.

mardi 10/09 à 20h au bar Antigone, discussion et projection du documentaire Gilets jaune une répression d’Etat

jeudi 12/09 sur le campus de Saint Martin d’Herès : repas, stands et concerts

samedi 14/09 au squat du 38 rue d’Alembert :

Plus d’infos sur https://cric-grenoble.info/

  • 12-14 SEPTEMBRE : 🗨️   / CYCLE DE DISCUSSIONS  « TISSER LES LIENS D’UNE POLITIQUE DES FEMMES » / RENNES 📚

Plus d’infos sur : https://maisondelagreve.boum.org/spip.php?article103&id_evenement=50

  • 14-28 SEPTEMBRE : 🐭 🎙️/ NOUVELLES RENCONTRES INTER-TERREAURISTES / ZAD DE NOTRE-DAME-DES-LANDES / 🌿🏗️

Programme détaillé à venir, en attendant, voilà l’affiche ⭐

 

  • 13-15 SEPTEMBRE :😾  / RENCONTRES FÉMINISTES RÂLACHATTE#2 / NOTRE-DAME-DE-LA-SALVAGE (MILLAU) / 🦑

Tout au long du festival // Infokiosque, Stand Prévention, Frip’Mobile, Expositions, Coiffure, Tattoos (Petite scarabée), Piercing, Libre Expression, QueerDating, Caravane Librairie&Café «La Colporteuse», Criée, création collective avec Ariane Sirota, Espace D’écoute Sonore. Au programme : discussions, concerts, ateliers… 🔽🔽🔽

Plus d’infos sur la page de Râlachatte

  • 21 SEPTEMBRE :  🦉 / SOIRÉE POST APOCALYPTIQUE EN SOUTIEN AU SITE REBELLYON / LYON / 🎶 💫

Plus d’infos sur le site pour lequel la soirée est organisée !

  • 21-22 SEPTEMBRE : ⛏️ / WEEKEND FÉMINISTE ET ANTINUCLÉAIRE / SURPRISE PARTIE ET ÉVÉNEMENTS RADIEUX / BURE / 💚

Toutes les infos sur le site de l’événement

  • 28-29 SEPTEMBRE / FÊTE ET MANIFESTATION CONTRE LA MEGA POUBELLE NUCLÉAIRE / VENT DE BURE / NANCY / ⏱️

Partagez cet article 🏹 merci 💜

[PARTAGE DE SAVOIRS] 🌈Pratiquer un sport dans un contexte anti-sexiste, anti-raciste et non marchand🤺

Cours de sport féministes, accessibles à tou.te.s ? Cours de sport autogérés ? 

Pour toi qui t’intéresse au sport autonome / non-marchand / hors des logiques compétitives et patriarcales pratiqués par les clubs, et veux en pratiquer un avec des personnes qui partagent ce point de vue, voici un aperçu de ce qui existe déjà et n’attend que toi. Les cours commencent souvent en septembre alors c’est l’occas’ d’aller les rencontrer ou d’en parler aux potos qui cherchent à découvrir l’existence de nouveaux muscles dans leurs corps

Attention, la liste n’est pas exhaustive et ne demande qu’à être enrichie : si tu as un club/une équipe/une initiative à faire connaître on l’ajoutera avec plaisir (à condition qu’ielles soient attentif.e.s à des pratiques telles que le prix libre, l’inclusion de personnes non dominantes, le partage horizontal de savoirs…). 

Parce que c’est plus simple, par région, on a :

Au Nord

MONTREUIL 

🥋/ L’ASPA / SPORTS DE COMBATS / 🥊 

Les cours commencent le 2/09
Lundi 18h30 : Lutte (luta livre, grappling)
20h : Boxe anglaise
Mardi 19h : Systema en non mixité -sans mecs cis- (centre social 20ème, 38 rue des Amandiers)
Mercredi 20h : Capoeira (A partir du 11 septembre)
Jeudi 18h30 : Préparation physique (renforcement musculaire et cardio)
20h : Sanda (Boxe chinoise pieds-poings-projection avec orientation MMA)
Samedi 12h : Yoseikan
▶️ https://www.facebook.com/Laspa-285930648280077/

SAINT DENIS

👊 / UN RING POUR TOU.TE.S / BOXE FÉMINISTE / 🥊
Session de rentrée le 5 septembre 2019
Voir l’évènement fb : https://www.facebook.com/events/479886692576131/ : « Reprise des cours de boxe anglaise en non-mixité, débutant.e.s bienvenue. Tenue de sport exigée + bouteille d’eau, bandes et protège-dents. Douches et vestiaires sur place, prêt de gants, casques et cordes à sauter. Objectif : confiance en soi, sororité et bien-être physique et mental !
▶️https://www.facebook.com/unringpourtout.e.s/?eid=ARBKzJCfSdOz5go7ryGLHH5Duu7ol_hMpG4dVQb1K4KbvggA9AjAVgMzehrxyR39WRA1XBaOf2eoOj21

VITRY SUR SEINE 

🐉 / BOXE POPULAIRE POING EN L’AIR / ✊

« Pour sortir des dérives capitalistes du sport moderne, de compétition, de performance du corps, la domination masculine et du toujours plus, qui exclue ceux et celles qui n’ont pas le bon profil »
▶️ https://www.facebook.com/pg/Boxe-Populaire-Poing-en-lAir-313714009468153/about/?ref=page_internal
Contact : poingenlairpopulaire@gmail.com

PARIS 20EME 

💥 / LES DÉGOMMEUSES / FOOT FÉMININ EN LUTTE CONTRE TOUTES LES  FORMES DE DISCRIMINATIONS / ⚽
Les entraînements ont lieu tous les lundis et mercredis de 19h30 à 21h au stade Louis Lumière, dans le 20ème arrondissement de Paris.
Pour s’inscrire il faut se manifester en début de saison sportive, dès le mois de septembre. Les retardataires pourront s’inscrire sur une liste d’attente, en cas de désistement en cours d’année.
L’adhésion annuelle est fixée à 20 euros. Les personnes sans revenu ou disposant de moyens limités peuvent obtenir une exonération.
Par ailleurs, vous pouvez adhérer sans jouer au football pour soutenir l’équipe
▶️http://lesdegommeuses.org/

 

⚽/ MENIL FOOTBALL CLUB 1871 (MFC 1871) / LOVE FOOTBALL HATE FASCISM / 🔥
▶️https://www.facebook.com/MenilFC/

▶️https://www.instagram.com/mfc1871/?hl=fr

 

A l'Est

LYON

🥊 / BOXE POPULAIRE X ROUSSE / ✊

 « C’est la volonté d’habitants de X-rousse d’avoir une pratique sportive collective , dans la tradition d’auto-organisation historique de ce quartier. C’est l’idée de ne pas reproduire les comportements discriminatoires vecus dans d’autres structures sportives »
▶️ https://www.facebook.com/Boxe-populaire-x-rousse-1506554526287428/

⚽🏃‍ / LES DÉBUTEUSES / FOOT POPULAIRE ANTIRACISTE ET FÉMINISTE / 🙌

Plaine des Jeux de Gerland

▶️https://www.facebook.com/lesDebuteuses/

Événement de rentrée le 14 octobre 2019 , tournoi de foot anti raciste : https://www.facebook.com/events/335679820433844/

🤼 / ACL AMICALE DU COMBAT LIBRE / BOXE PIEDS POINGS / MMA / GRAPPLING / 🥋

Entraînements à l’Atelier des Canulars / Gala de rentrée fin septembre, date à venir

▶️amicale_combat_libre_lyon@lists.riseup.net (c’est une maillist)

 

SAINT ETIENNE

🥊 / BOXE POPULAIRE SAINTE / 🏴▶️https://www.facebook.com/pg/boxepopulaire/events/?ref=page_internal

STRASBOURG

🤼‍ / ACTION SPORTIVE LIBERTAIRE / SPORTS DE COMBAT / 🥋
Lundi : 17h45 – 20h Savate Boxe Française
20h – 22h Muay-Thaï
20h – 22h Self défense en mixité choisie (sans mec cis)

Mardi : 18h Tai Chi Chuan

19h Yoga

Mercredi en alternance de 17h30 à 19h30 :
1er et 3ème mercredi : Boxe Anglaise
2ème et 4ème mercredi : Self-défense mixte

Dimanche : 14h Football (en extérieur)
▶️https://actionsportivelibertaire.noblogs.org/adhesion/

 

DIJON

🤼 / COURS D’AUTO-DÉFENSE NON MIXTE / LA MISTOUFLE FA / 🏴

Cours d’auto défense en non mixité féminine chaque premier mardi du mois.

Foyer des Jeunes Travailleurs Urbanalis.

▶️ https://www.facebook.com/pg/mistoufledijon/about/?ref=page_internal

 

A l'Ouest

RENNES

🤸 / SPORTS DE COMBAT / FERME DE LA HARPE / 🥊

Alors qu’on pensait qu’il n’y avait plus de cours sur Rennes, il paraît que des cours reprennent cette année à la ferme de la Harpe, en mixité choisie (sans mascus, en gros).

Pour s’inscrire, contacter : deboutlescorps@lists.riseup.net

FOUGÈRES

🌬️ / BASKETBALL ET SPORTS DE COMBATS AUX OISEAUX DE LA TEMPÊTE / 🏀 

Basket de rue, tous les mardis de 18h à 20h

Plus d’infos à venir (bientôt!) sur les sports de combat (dans un autre lieu que le local)

▶️ https://www.facebook.com/localautogerefougerais/?hc_location=ufi

 

BORDEAUX

🏈 / BOURRASSOL RUGBY INTERNATIONAL CLUB / RUGBY DE QUARTIER / 🦐

Rentrée de la BRIC le 15 septembre 2019, 15h-18h

Arrêt Patte d’oie ligne A ou bus 66 arrêt Decamps

Mercredi 17h30-19h30

Dimanche 15h-18h

▶️ https://www.facebook.com/BRICrugby/

 

Dans le Sud

MARSEILLE

🥊 / BOXE POPULAIRE MARSEILLE / 💪
Lundi – 20h30 ( Pieds poings )
Mardi – 20h 30 ( sol )
Vendredi – 19h30 ( anglaise )

Reprise le 9 septembre
▶️https://www.facebook.com/Boxe-Populaire-Marseille-996237197108588/

MONTPELLIER

🥅 / FOOTBALL DU PEUPLE SPORT POUR TOU.TE.S / ⚽
Reprise le 8 septembre à 17h, stade du père Prevost
▶️https://www.facebook.com/footballdpm?ref=ts&fref=ts

un peu plus loin...

MONTREAL (Canada)

🏴 / BLACK FLAG COMBAT CLUB / 🥋
▶️https://www.facebook.com/Blackflagcombatclub/
Evènement de rentrée : https://www.facebook.com/events/352112479000464/

 

Belgique

BRUXELLES

✨ / Nemesis Fighting Club / Cours d’autodéfense féministe et de boxe pour les minorités de genre, Schaerbeek / 🥋

Nouveau club dont vous pouvez lire le manifeste ici.

Début des entraînements le samedi 21 septembre 2019

« Le projet politico-sportif Nemesis Fighting Club est un espace féministe et populaire qui véhicule des valeurs antifascistes, autogestionnaires, de respect mutuel et de transmission des connaissances et des expériences. C’est un lieu d’entre-aide, de solidarité, d’apprentissage du sport et des luttes féministes.

Le Nemesis Fighting Club s’adresse à des groupes mixtes de femmes et minorités de genre. Il a pour but de créer une organisation féministe selon une double perspective (pratique sportive et discussions politiques). […] »

Evènement de rentrée : cours de boxe et d’autodéfense féministe tous les samedis

▶️ https://www.facebook.com/Nemesis-Fighting-Club

 

LIÈGE

🥊 / Boxe populaire Liège / 🙀

Ouvert à toutes et à tous, les ateliers se veulent être des lieux de rencontre, d’apprentissage, de transmission et d’échange. Chaque semaine, deux ateliers et occasionnellement des rencontres avec d’autres clubs, des stages ,(non mixtes et mixtes) , etc… Il n’y a pas d’entraineurs.euses ou d’instructeurs.trices mais des personnes de référence qui encadrent bénévolement les ateliers. Il s’agit de personnes passionné.e.s issues du monde des sports de combats.
Lundi et mercredi 19h – 21h30 : Boxe pied et poing ( Muay thai )
Mercredi une fois sur deux 19h – 21h30 : Self-défense .
Lundi et mercredi 17h – 19h : Salle ouverte – Pratique libre.

▶️ https://www.facebook.com/BoxePopulaireLiege/

 

[Strasbourg] 30 août 2019 : LaDIY*fest #2 ✨ / Festival féministe punk DIY intersectionnel 🦄

La LaDIY*fest #2 revient à Strasbourg les 30, 31 août et 1er septembre 2019
3 jours que l’on souhaite féministes, queers, intersectionnels, punk, D.I.Y, énergiques et énervés !
Au programme : ateliers, projections, débats, concerts, performances, boom…

Le collectif Deuxième Jet relance l’énergie punk-queer-féministe-DIY cet été à Strasbourg, avec un LaDIY*fest#21 énervé, solidaire et à visée intersectionnelle qui met en avant les talents, les luttes et les savoirs de toutes les meufs, les personnes trans et non-binaires.

Deuxième Jet est un collectif informel féministe, anarchistes et anti-capitaliste qui souhaite faire vivre et diffuser la musique, les pratiques artistiques, les savoir-faire,s les connaissances et les luttes politiques féministes de manière autogérée et autonome.

C’est quoi un LaDIYfest* ?
Ce sont des festivals autogérés et DIY créés par le mouvement punk-féministe Riot Grrrls dans les années 1990 pour mettre en avant la musique des meufs et lutter contre les violences patriarcales, sexistes, racistes, capitalistes et lesbo-homo-queer-trans-phobes. Avec des concerts, des ateliers DIY, des rencontres et des discussions, le LaDIYfest* de Strasbourg reprend cette flamme punk-féministe pour donner à toutes les meufs et les personnes appartenant à une minorité de genre de la force, de la confiance, du soutien et de la rage. Continue reading « [Strasbourg] 30 août 2019 : LaDIY*fest #2 ✨ / Festival féministe punk DIY intersectionnel 🦄 »

[Lyon] 2ème édition du festival antipatriarcal, du 2 mai au 30 juin

Après une première édition réussie, la CGA Lyon (Coordination des Groupes Anarchistes) avec le Planning Familial, 2MSG (Migrations, Minorités Sexuelles et de Genre), le collectif Des Raciné.e.s, Chrysalides, Juives et Juifs Révolutionnaires présentent la 2ème édition du festival antipatriarcal du 2 mai au 30 juin.

Pour cette 2ème édition du festival antipatriarcat, les activités démarreront le 2 juin pour se terminer à la fin du mois de juin ! Elles seront plus diversifiées que l’année dernière et des dates pourront encore se rajouter au gré des propositions.

Pour cette année 2019, le festival se fera avec la Coordination des Groupes Anarchistes, le Planning Familial, 2MSG (Migrations, Minorités Sexuelles et de Genre), le collectif Des Raciné.e.s, Chrysalides, Juives et Juifs Révolutionnaires…

En plus de projections comme cela était le cas l’année dernière, il y aura des débats, des conférences, une boom féministe et peut-être bien aussi un ou deux concerts !

Voici le programme validé pour le moment (chaque événement aura droit à son article détaillé et il est possible qu’une ou deux dates soient décalées ou rajoutées) :

Continue reading « [Lyon] 2ème édition du festival antipatriarcal, du 2 mai au 30 juin »

[nantes] 🧘‍♀️journées d’ateliers et discussions « Féminisme et (non) maternités » le 6 avril🚼

Yvonne Knibiehler nous dit que, si les mères et la maternité ne sortent pas de l’ombre, c’est parce que la production des enfants a toujours été, et demeure un enjeu de pouvoir. Le contrôle de la fécondité féminine est le lieu par excellence de la domination d’un sexe à l’autre.

Comment alors reprendre le pouvoir sur nos choix (avoir des enfants ou non) et sur nos corps ? Comment se défendre contre la médicalisation de la naissance qui nous laisse désormais peu d’espace ? Quel espace pouvons-nous collectivement laisser aux enfants pour qu’ils puissent devenir les adultes qu’ils veulent être ?

Accoler les termes féminisme et maternités est pour nous une perspective pertinente pour discuter de la diversité des expériences vécues des maternités.

Nous souhaitons dépasser l’opposition éternelle : devenir mère serait l’expérience ultime d’une féminité épanouie contre, dans une version plus progressiste, un frein à l’émancipation des femmes, car cela demande temps et disponibilité (la maternité enfermerait la Femme donc dans sa fonction reproductrice).

Nous pensons que cette façon binaire de voir les choses est stérile, jugeante et obsolète.
Nous voulons en effet penser la maternité au pluriel et partir des différentes expériences vécues, des rapports de pouvoir qui les traversent et des espaces de résistance qui se créent.

L’enjeu est d’envisager et de réfléchir ces questions dans leur forme globale (nous sommes toutes et tous issu.e.s d’un utérus), comme l’action par laquelle se reproduit un groupe humain, et donc la société.

Nous avancerons ensemble, à tâtons et avec bienveillance sur ces questions. Tout le monde est bienvenu pour venir témoigner, apprendre, transmettre, penser et réfléchir collectivement.

Voir le programme ci dessous : Continue reading « [nantes] 🧘‍♀️journées d’ateliers et discussions « Féminisme et (non) maternités » le 6 avril🚼 »

Idée lecture : Chambre 2, de Julie Bonnie. La condition féminine à travers le corps et le travail des femmes…

Un bouquin qui pourrait s’appeler L’usine à faire accoucher les femmes, mais pour lequel l’auteure a choisi un titre plus soft, Chambre 2.

C’est l’histoire d’une femme qui a vécu de manière plutôt libre et nomade, avec quelqu’un qu’elle aimait, au sein d’une troupe hétéroclite de musiciens et de danseurs. Avec le déclin des cabarets, elle doit changer de mode de vie et se retrouve du jour au lendemain à devoir travailler dans une maternité en tant qu’auxiliaire de puériculture, dans des conditions qu’elle ne supporte pas, qui sont une véritable torture pour celles dont c’est le job comme pour celles qui accouchent. Tout le mérite de ce livre, c’est qu’il conjugue la vision d’une femme sur sa propre condition d’exploitée au sein de l’institution hospitalière, avec un discours sur la violence faite aux femmes et à leurs corps. Dominée hiérarchiquement, physiquement fatiguée, stressée et rejetée au travail, le double regard qu’elle porte sur les choses permet d’aborder des problématiques qui ne sont pas si courantes que ça, alors qu’elles concernent tout le monde.

Pour celleux qui sont phobiques de l’hôpital, pas d’inquiétude : nous sont passés les détails les plus cliniques, et la trame de fond du bouquin, c’est la vie de la nana quand elle se mettait bien.

En complément de ce livre, il peut être intéressant de lire la brochure Accouchement et patriarcat médical : Épisiotomie. (en libre téléchargement ici, ou à lire sur Infokiosques.net) ; ou encore Sororité, la solidarité politique entre les femmes, de Bell Hooks (téléchargeable ici ou à lire directement sur Infokiosques.net).

Enjoy !

 

BOUQUINS#2 [Tracy Chevalier VS Colette Vlérick]

Aujourd’hui, il est temps d’évoquer deux auteures qui abordent l’écriture un peu de la même manière. Rien de fondamentalement révolutionnaire, mais de bons romans qui font supporter la grisaille et nous en apprennent toujours un peu plus sur les temps passés.

Prodigieuses créatures est un roman parmi les livres de Tracy Chevalier qui ont tous, malgré leur facture très romantico-classique, l’intérêt d’aborder des questions sociales et féministes à travers la vie de femmes, de fiction ou non. Ici, l’histoire vraie de Mary Anning, une femme appartenant aux classes populaires qui a fait d’importantes découvertes en paléontologie et dont le parcours a été semé d’embuches par ses homologues masculins. Dans chacun de ses livres, quelle que soit l’époque, on suit donc, au milieu d’une reconstitution historique crédible, des femmes dont la situation particulière est toujours abordée d’un point de vue féministe, alors même que ça n’est pas revendiqué par l’auteure.

c009-tracy-chevalier-prodigieuses-creatures

colette vlérick la fille du goémonier

Dans la section « terroir » des librairies ou des bibliothèques, on trouve des romans comme ceux de Colette Vlérick qui relèvent bien plus du roman social et historique que du pâté et du vin… La fille du goémonier en est un bon exemple : c’est une fiction, bien documentée historiquement, qui raconte la vie d’une jeune bretonne au XIX° siècle, filles de gens de la côte qui peinent à ramasser des algues tous les jours pour vivre. C’est la galère quotidienne de gens pauvres d’il n’y a pas si longtemps. Son bouquin a aussi a le mérite d’aborder la question des douloureux rapports entre classes sociales, et de montrer l’emprise de l’église et de l’état sur la vie des gens que le roman historique dédaigne en général.

Bonne lecture!

Pourquoi le féminisme doit s’emparer de la grossophobie

Témoignage d’une personne concernée. Relation à la contraception, à l’avortement, à l’accès au soin, et cetera.

Aller chez le médecin m’a toujours plongée dans l’anxiété. Depuis que je suis un-e enfant, les médecins ont fait des remarques ignobles sur mon poids devant moi. Quand j’avais 8 ans, un médecin a dit à ma mère que mes allergies alimentaires devaient « marcher à l’envers » puisque j’étais « si grosse ». Et il a ri.

Depuis cet incident, j’ai plus ou moins enchaîné les humiliations et les énervements.

N’importe quel-le gros-se vous dira que trouver un médecin qui vous écoute ou qui prend vos soucis au sérieux est une entreprise pourrie. Parce que peu importe vos symptômes, on vous dira de perdre du poids. Vous avez la cheville tordue ? Perdez du poids. Une otite ? Perdez du poids ? La grippe ? Perdez du poids.

Vous ne saviez pas que les personnes minces n’ont jamais d’otites ou de grippes ?

Ce n’est donc pas une surprise si beaucoup de personnes gros-ses évitent au maximum de voir des médecins. Je suis coupable d’attendre que mes symptômes deviennent insupportables ou pire pour prendre rendez-vous.

Mais il n’y a vraiment rien de pire qu’un gynéco qui déteste les personnes grosses.

[…]

Pour lire la suite : en français sur Prenez ce couteau ou encore, la version originale en anglais sur Everydayfeminism

Il n’y a pas d’espace safe !

Ces derniers mois il m’est arrivé deux histoires d’agressions sexuelles, et comme je suis une connasse de féministe et que je suis persuadée que le silence est notre pire ennemi, je me motive à écrire pour les raconter, pour qu’on puisse en parler, ou pas, pour savoir, pour ne pas culpabiliser, pour que ça se reproduise plus.

Ce texte a été écrit en deux temps, une première fois deux mois après la deuxième histoire, juste à destination de quelques personnes, et dans un second temps six mois après, à destination plus « publique ».

Anarchiste et violeur ? C’est pas censé être antinommique ?

Ce soir je suis contente, je vais à un concert chouette dans un bar, y’aura des potes, on va bien s’amuser.

à lire sur IAATA

Quand il s’agit des femmes, y a-t-il vraiment des hommes de gauche ?

1268857_1686247144847161_589138225541931124_o-1024x664-73ffa

Même si tous deux abordent la question des hommes engagés dans le féminisme, tout semble, au premier abord, distinguer les livres de Léo Thiers-Vidal et d’Alban Jacquemart [1]. D’un côté un recueil d’une dizaine de textes publiés entre 1996 et 2006 sur des supports essentiellement militants. De l’autre la parution d’une thèse soutenue à l’Ecole des hautes études en sciences sociales en 2011 et réalisée sous la direction de Rose-Marie Lagrave. Sylvie Tissot propose une mise en perspective des deux livres, visant à éclairer les conditions de l’engagement des hommes dans le féminisme, les formes qu’il prend et ses enjeux pour le mouvement féministe lui-même. Ce compte-rendu a été publié initialement dans le numéro de la revue Nouvelles questions féministes « Morales sexuelles » (2016).

« Il n’y a que des hommes de droite dans la seule patrie existante sur la terre Patria », Brigitte Fontaine, Patriarcat, 1996.

lire en intégralité sur LESMOTSSONTIMPORTANTS

La honte doit changer de camp : prenons la parole contre les violences sexistes en milieu militant !

La honte doit changer de camp : prenons la parole contre les violences sexistes en milieu militant !

C. et tous les agresseurs et harceleurs sexistes :

hors  de nos vies et de nos milieux militants !

Plusieurs de nos camarades et amies militantes, féministes notamment, ont été victimes d’agressions sexuelles, ou de harcèlements commis par C., une figure connue du militantisme antifasciste. C. était jusqu’à cet été membre d’un groupe antifasciste. Il en a été exclu avant que les faits qui vont être exposés ne soient connus, et pour des motifs différents.

En résumé : C. a commis d’importants dégâts dans les milieux militants et vis à vis de nombreuses militantes. Il entretenait des relations simultanées d’emprises avec des militantes et s’est permis d’agresser plusieurs femmes.

C. passait pour attentif et bienveillant. Il paraissait vraiment pour un gentil timide et n’hésitait pas à exprimer des sentiments forts. Il s’est en outre fait passer aux yeux de ses cibles pour un individu désireux de s’éduquer au féminisme, il mettait les militantes en confiance, les rendant d’autant plus vulnérables, afin de puiser et de profiter de leur énergie et de leur savoir féministe notamment. Un savoir grâce auquel il s’est construit une réputation de pro-féministe et avec lequel il prétendait les soutenir. Cela lui permettait de briller politiquement.

la suite sur FEMMES EN LUTTE 93

Reproduction et lutte féministe dans la nouvelle division internationale du travail

Silvia Federici propose ici de réorienter l’agenda féministe dans les pays du Nord. En pointant les limites d’une approche exclusivement fondée sur les droits des femmes ou la prévention des violences sexistes, elle invite à remettre au centre de l’attention les effets de la nouvelle division internationale du travail. Loin de se résumer à une relocalisation des industries au Sud, cette nouvelle division du travail impose aux femmes des pays du Sud de réaliser une partie croissante du travail reproductif nécessaire des pays du Nord. En pointant cette hiérarchie mondiale, Federici souligne combien le mouvement féministe contemporain ne pourra faire l’impasse sur les nouvelles divisions parmi les femmes s’il entend rester un mouvement émancipateur.

Introduction

« Partant du constat que le patriarcat et l’accumulation à l’échelle mondiale constituent le cadre idéologique à l’intérieur duquel la réalité actuelle des femmes est inscrite, le mouvement féministe dans le monde ne peut faire autrement que défier ce cadre, en même temps que la division sexuelle et internationale du travail qui lui est liée. »

– Mies, 1986. Patriarcat et accumulation à l’échelle mondiale

« …le développement capitaliste a toujours été non durable à cause de son impact humain. Pour comprendre ce point, il nous suffit d’adopter le point de vue de ceux qui ont été et continuent d’être tués par lui. Le corollaire du capitalisme à sa naissance était le sacrifice d’une grande partie de l’humanité -extermination de masse, la production de faim et misère, esclavage, violence et terreur. Sa poursuite implique les mêmes corollaires. »

– M. Dalla Costa, 1995, Capitalisme et reproduction

On admet généralement que dans les deux dernières décennies le mouvement de libération des femmes a acquis une dimension internationale, étant donné la formation de groupes et mouvements féministes dans toutes les parties du monde et le développement mondial de réseaux et initiatives féministes, dans le sillage des conférences mondiales sur les femmes organisées sous l’égide des Nations Unies. Il semble ainsi y avoir aujourd’hui une plus large compréhension des problèmes rencontrés par les femmes dans les différents pays qu’à aucune autre époque dans le passé. Cependant, si nous examinons les perspectives qui inspirent les politiques féministes aux États-Unis et en Europe, nous devons conclure que la plupart des féministes n’ont pas encore pris en compte les changements produits par la nouvelle économie globale1 sur les conditions des femmes, ou n’en ont pas encore reconnu les implications pour les organisations féministes. Beaucoup de féministes oublient en particulier de mentionner que la restructuration de l’économie mondiale est responsable non seulement de la propagation globale de la pauvreté, mais aussi de l’émergence d’un nouvel ordre colonial qui accentue les divisions entre femmes, et que c’est ce nouveau colonialisme qui doit être une cible principale des luttes féministes si ce que l’on recherche est véritablement la libération des femmes. Présentement, et même si la plupart des féministes aux États-Unis et en Europe se sentent concernées par les enjeux globaux, une telle prise de conscience fait défaut. C’est pourquoi même ceux qui ont une attitude critique face à l’économie mondialisée et aux politiques des agences internationales comme la Banque Mondiale et le Fonds Monétaire International (FMI) se contentent souvent de positions réformistes qui condamnent la discrimination fondée sur le genre, mais laissent intacts les problèmes structurels liés à l’hégémonisme global des relations capitalistes. Beaucoup de féministes par exemple déplorent la « charge inégale » que l’ajustement structurel et autres programmes d’austérité imposent aux femmes (Beneria et Feldman éditeurs 1992 ; Elson 1992 ; Bakker 1994), et recommandent que les agences de développement soient davantage attentives aux besoins des femmes, ou encouragent la participation des femmes aux « programmes de développement ». Plus rarement elles s’opposent ouvertement aux programmes eux-mêmes, ou aux agences qui les imposent, ou reconnaissent le fait que la pauvreté et l’exploitation économiques sont, à travers le monde, aussi un destin masculin. Une autre tendance consiste à penser les problèmes rencontrés par les femmes internationalement en termes de « droits de l’homme », et donc de privilégier la réforme légale comme terrain premier de l’intervention gouvernementale, une approche qui à nouveau omet d’affronter l’ordre économique international et l’exploitation économique sur laquelle il repose. De surcroît, le discours sur la violence faite aux femmes a généralement porté sur le viol et la violence domestique, suivant en cela la ligne développée aux Nations Unies, tout en ignorant souvent la violence structurelle inhérente à la logique d’accumulation capitaliste : la violence des politiques économiques qui condamne des millions de femmes, d’hommes et d’enfants à la misère, la violence qui accompagne les expropriations territoriales exigées par la Banque Mondiale pour ses « projets de développement » et, non la moindre, la violence des guerres et des programmes anti-insurrectionnels qui, dans les années 1980 et 1990, ont ensanglanté presque chaque coin du globe et qui représentent l’autre face du développement.

LA SUITE SUR PÉRIODE