Antisionisme : quand l’extrême-gauche se fait (encore) piéger par l’extrême-droite.

Drapeau d'IsraelCet article traite de ce que certains qualifieraient de détail, mais qui reflète une situation devenue tristement courante. Car force est de constater que la mouvance dite conspirationistegagne du terrain depuis des années notamment chez la gauche, usant de subterfuges parfois bien ficelés pour parvenir à ses fins. Aujourd’hui c’est une simple petite photographie partagée sur les réseaux sociaux qui a mis le feu aux poudres chez moi, reflet d’un constat amer ancien et encore bien vivace. Ou quand l’illustration d’un exemple d’une dure réalité saute aux yeux, où mes plus proches camarades alternatifs et antifascistes servent (malgré eux) la soupe à l’extrême-droite.

Hier soir, je tombe sur une énième photographie partagée par de nombreux contacts y compris chez mes camarades les plus progressistes et éclairés. Tout le monde acclame unanimement en légende et commentaires ces Juifs antisionistes, et moi-même à première vue j’en suis heureux. Sauf que personne ne se demande pourquoi cette position et qui sont finalement ces gens, et c’est à partir de ces interrogations que le panneau pris dans la gueule apparait. Ces manifestants font très distinctement partie de la communauté ultra-orthodoxe, c’est-à-dire des intégristes. Ceux-là même qui par exemple se rassemblaient et crachaient (au sens propre) sur les petites filles israéliennes car elles osaient aller à l’école primaire en « tenue incorrecte » (c’est-à-dire en jupes) et ce devant les établissements [le Figarole MondeFrance 24…, 28 décembre 2011], ou caillassent de temps en temps les voitures qui roulent pendant le Shabbat en plein Jérusalem – pour les extrémistes il est interdit d’utiliser un véhicule ce jour là – [le Figaro, 20 août 2007] et font parler d’eux à de nombreuses autres occasions. Ce sont aussi la plupart de ces idiots qui se retrouvent en France dans les spectacles de Dieudonné à l’acclamer dans son rejet antisémite, un amour réciproque surprenant mais qui prend racine dans une lutte commune.

Antisionistes Juifs

La photographie en question, vraisemblablement aux États-Unis (contexte et date exactes inconnus).

Car ils vomissent le sionismepuisque pour eux tant que le Messie n’est pas revenu, reprendre la Terre sacrée est blasphème ; une idéologie parmi un dogme complet, mais dont les autres points sont d’un obscurantisme délirant les poussant aux atrocités susmentionnées. Un pseudo-amour de Dieu et de la liturgie la plus effrénée si forts que les bouffonneries de l’humoriste tragique et autressoraleries deviennent donc un fer de lance, servant également l’autre côté sur un plateau d’argent pouvant ainsi se dédouaner en apparence de ses démons car s’illustrant désormais avec des fidèles [Michel Briganti, la galaxie Dieudonné]. Traquenard qui fonctionne potentiellement, car une fois l’amitié gagnée sur ces ultra-orthodoxes contre Israël, de fil en aiguille les accointances de ceux-ci avec le milieu conspi sonne pour certains comme la preuve d’une moralité irréprochable. Bien que la réalité soit donc toute autre, la dérive est pourtant déjà constatée chez une part non-négligeable des (anciens) adhérents de la gauche devenus ce que l’on nomme des « rouges-bruns. »

Alors chouette, des gens à la kippa défilent contre la politique actuellement menée ayant en effet comme base ce nationalisme religieux à la sauce meurtrière (qui n’est au passage bien sur pas soutenu par l’ensemble des israéliens, des Juifs, et même des sionistes), mais pour prôner à la place une société parmi les pires fondamentalismes main dans la main avec les cryptofafs les plus ignobles. Ce que l’on croit gagner avec cette photographie, on le perd d’autant plus cruellement quand on prend la peine d’y réfléchir vraiment. Il faut en effet faire attention, un simple cliché orienté ne suffira jamais à tirer des enseignements et peut au contraire nous piéger en beauté ; c’est pour cela qu’il faut se fier à son seul instinct pour l’analyse de faits mêmes présentés (dans ce cas naïvement) par des amis antifascistes. Et oui, il y’a tout cela dans une diffusion à priori banale. Les masques tombés, ce que certains ont cru être des alliés solides trouvant grâce par un machiavélisme sordide, se transforment en une des formes de fascisme qu’ils ont toujours objecté mais n’apparaissant pas comme tel. Lumière est désormais à présent faite, j’espère que chacun en tirera les conclusions qui s’imposent.

Bien que je sois moi aussi un fervent opposant au sionisme, je n’approuverais jamais ni les intégristes ni les antisémites quels qu’ils soient. Les ennemis de nos ennemis ne sont en effet pas forcément nos amis. Car si ce combat d’apparence noble se retrouve dans leurs programmes, il ne faut toutefois pas oublier que derrière se cache également tout un délire de haine incompatible avec nos idéaux d’amour et de liberté que nous nous acharnons à semer dans ce monde déjà gangrainé par tant de vermines. Encore combien de temps des personnages comme Alain Soral avec Égalité et Réconciliation, Thierry Meyssan avec le Réseau voltaire, François d’Asselineau avec l’Union populaire républicaine, Jacques Cheminade avec Solidarité et Progrès, Etienne Chouard, Michel Collon, le Cercle des Volontaires, le projet Apache, et j’en passe pas mal, ou de pages déclarant lutter contre les Illuminatis, le Nouvel ordre mondial, la désinformation, ou soutenant feux Mouammar Kadhafi et Hugo Chavez, ainsi que Bachar El-Hassad et Mahmoud Ahmadinejad, d’ailleurs relais des premiers pseudos-théoriciens, continueront eux aussi leurs petits jeux obscures pour rallier à leur cause nauséabonde des gens de chez nous qui n’ont toujours pas ouvert les yeux ? Un exemple parmi tant d’autres des effets insidieux de la nébuleuse d’extrême-droite et de la simplicité militante de quelques collègues aux effets dévastateurs, qui doit accentuer plus que jamais notre devoir de vigilance.

http://www.toufik-de-planoise.net

This entry was posted in ANTICAPITALISME. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *