[PARTAGE DE SAVOIRS] 🌈Pratiquer un sport dans un contexte anti-sexiste, anti-raciste et non marchand🤺

Cours de sport féministes, accessibles à tou.te.s ? Cours de sport autogérés ? 

Pour toi qui t’intéresse au sport autonome / non-marchand / hors des logiques compétitives et patriarcales pratiqués par les clubs, et veux en pratiquer un avec des personnes qui partagent ce point de vue, voici un aperçu de ce qui existe déjà et n’attend que toi. Les cours commencent souvent en septembre alors c’est l’occas’ d’aller les rencontrer ou d’en parler aux potos qui cherchent à découvrir l’existence de nouveaux muscles dans leurs corps

Attention, la liste n’est pas exhaustive et ne demande qu’à être enrichie : si tu as un club/une équipe/une initiative à faire connaître on l’ajoutera avec plaisir (à condition qu’ielles soient attentif.e.s à des pratiques telles que le prix libre, l’inclusion de personnes non dominantes, le partage horizontal de savoirs…). 

Parce que c’est plus simple, par région, on a :

Au Nord

MONTREUIL 

🥋/ L’ASPA / SPORTS DE COMBATS / 🥊 

Les cours commencent le 2/09
Lundi 18h30 : Lutte (luta livre, grappling)
20h : Boxe anglaise
Mardi 19h : Systema en non mixité -sans mecs cis- (centre social 20ème, 38 rue des Amandiers)
Mercredi 20h : Capoeira (A partir du 11 septembre)
Jeudi 18h30 : Préparation physique (renforcement musculaire et cardio)
20h : Sanda (Boxe chinoise pieds-poings-projection avec orientation MMA)
Samedi 12h : Yoseikan
▶️ https://www.facebook.com/Laspa-285930648280077/

SAINT DENIS

👊 / UN RING POUR TOU.TE.S / BOXE FÉMINISTE / 🥊
Session de rentrée le 5 septembre 2019
Voir l’évènement fb : https://www.facebook.com/events/479886692576131/ : « Reprise des cours de boxe anglaise en non-mixité, débutant.e.s bienvenue. Tenue de sport exigée + bouteille d’eau, bandes et protège-dents. Douches et vestiaires sur place, prêt de gants, casques et cordes à sauter. Objectif : confiance en soi, sororité et bien-être physique et mental !
▶️https://www.facebook.com/unringpourtout.e.s/?eid=ARBKzJCfSdOz5go7ryGLHH5Duu7ol_hMpG4dVQb1K4KbvggA9AjAVgMzehrxyR39WRA1XBaOf2eoOj21

VITRY SUR SEINE 

🐉 / BOXE POPULAIRE POING EN L’AIR / ✊

« Pour sortir des dérives capitalistes du sport moderne, de compétition, de performance du corps, la domination masculine et du toujours plus, qui exclue ceux et celles qui n’ont pas le bon profil »
▶️ https://www.facebook.com/pg/Boxe-Populaire-Poing-en-lAir-313714009468153/about/?ref=page_internal
Contact : poingenlairpopulaire@gmail.com

PARIS 20EME 

💥 / LES DÉGOMMEUSES / FOOT FÉMININ EN LUTTE CONTRE TOUTES LES  FORMES DE DISCRIMINATIONS / ⚽
Les entraînements ont lieu tous les lundis et mercredis de 19h30 à 21h au stade Louis Lumière, dans le 20ème arrondissement de Paris.
Pour s’inscrire il faut se manifester en début de saison sportive, dès le mois de septembre. Les retardataires pourront s’inscrire sur une liste d’attente, en cas de désistement en cours d’année.
L’adhésion annuelle est fixée à 20 euros. Les personnes sans revenu ou disposant de moyens limités peuvent obtenir une exonération.
Par ailleurs, vous pouvez adhérer sans jouer au football pour soutenir l’équipe
▶️http://lesdegommeuses.org/

 

⚽/ MENIL FOOTBALL CLUB 1871 (MFC 1871) / LOVE FOOTBALL HATE FASCISM / 🔥
▶️https://www.facebook.com/MenilFC/

▶️https://www.instagram.com/mfc1871/?hl=fr

 

A l'Est

LYON

🥊 / BOXE POPULAIRE X ROUSSE / ✊

 « C’est la volonté d’habitants de X-rousse d’avoir une pratique sportive collective , dans la tradition d’auto-organisation historique de ce quartier. C’est l’idée de ne pas reproduire les comportements discriminatoires vecus dans d’autres structures sportives »
▶️ https://www.facebook.com/Boxe-populaire-x-rousse-1506554526287428/

⚽🏃‍ / LES DÉBUTEUSES / FOOT POPULAIRE ANTIRACISTE ET FÉMINISTE / 🙌

Plaine des Jeux de Gerland

▶️https://www.facebook.com/lesDebuteuses/

Événement de rentrée le 14 octobre 2019 , tournoi de foot anti raciste : https://www.facebook.com/events/335679820433844/

🤼 / ACL AMICALE DU COMBAT LIBRE / BOXE PIEDS POINGS / MMA / GRAPPLING / 🥋

Entraînements à l’Atelier des Canulars / Gala de rentrée fin septembre, date à venir

▶️amicale_combat_libre_lyon@lists.riseup.net (c’est une maillist)

 

SAINT ETIENNE

🥊 / BOXE POPULAIRE SAINTE / 🏴▶️https://www.facebook.com/pg/boxepopulaire/events/?ref=page_internal

STRASBOURG

🤼‍ / ACTION SPORTIVE LIBERTAIRE / SPORTS DE COMBAT / 🥋
Lundi : 17h45 – 20h Savate Boxe Française
20h – 22h Muay-Thaï
20h – 22h Self défense en mixité choisie (sans mec cis)

Mardi : 18h Tai Chi Chuan

19h Yoga

Mercredi en alternance de 17h30 à 19h30 :
1er et 3ème mercredi : Boxe Anglaise
2ème et 4ème mercredi : Self-défense mixte

Dimanche : 14h Football (en extérieur)
▶️https://actionsportivelibertaire.noblogs.org/adhesion/

 

DIJON

🤼 / COURS D’AUTO-DÉFENSE NON MIXTE / LA MISTOUFLE FA / 🏴

Cours d’auto défense en non mixité féminine chaque premier mardi du mois.

Foyer des Jeunes Travailleurs Urbanalis.

▶️ https://www.facebook.com/pg/mistoufledijon/about/?ref=page_internal

 

A l'Ouest

RENNES

🤸 / SPORTS DE COMBAT / FERME DE LA HARPE / 🥊

Alors qu’on pensait qu’il n’y avait plus de cours sur Rennes, il paraît que des cours reprennent cette année à la ferme de la Harpe, en mixité choisie (sans mascus, en gros).

Pour s’inscrire, contacter : deboutlescorps@lists.riseup.net

FOUGÈRES

🌬️ / BASKETBALL ET SPORTS DE COMBATS AUX OISEAUX DE LA TEMPÊTE / 🏀 

Basket de rue, tous les mardis de 18h à 20h

Plus d’infos à venir (bientôt!) sur les sports de combat (dans un autre lieu que le local)

▶️ https://www.facebook.com/localautogerefougerais/?hc_location=ufi

 

BORDEAUX

🏈 / BOURRASSOL RUGBY INTERNATIONAL CLUB / RUGBY DE QUARTIER / 🦐

Rentrée de la BRIC le 15 septembre 2019, 15h-18h

Arrêt Patte d’oie ligne A ou bus 66 arrêt Decamps

Mercredi 17h30-19h30

Dimanche 15h-18h

▶️ https://www.facebook.com/BRICrugby/

 

Dans le Sud

MARSEILLE

🥊 / BOXE POPULAIRE MARSEILLE / 💪
Lundi – 20h30 ( Pieds poings )
Mardi – 20h 30 ( sol )
Vendredi – 19h30 ( anglaise )

Reprise le 9 septembre
▶️https://www.facebook.com/Boxe-Populaire-Marseille-996237197108588/

MONTPELLIER

🥅 / FOOTBALL DU PEUPLE SPORT POUR TOU.TE.S / ⚽
Reprise le 8 septembre à 17h, stade du père Prevost
▶️https://www.facebook.com/footballdpm?ref=ts&fref=ts

un peu plus loin...

MONTREAL (Canada)

🏴 / BLACK FLAG COMBAT CLUB / 🥋
▶️https://www.facebook.com/Blackflagcombatclub/
Evènement de rentrée : https://www.facebook.com/events/352112479000464/

 

Belgique

BRUXELLES

✨ / Nemesis Fighting Club / Cours d’autodéfense féministe et de boxe pour les minorités de genre, Schaerbeek / 🥋

Nouveau club dont vous pouvez lire le manifeste ici.

Début des entraînements le samedi 21 septembre 2019

« Le projet politico-sportif Nemesis Fighting Club est un espace féministe et populaire qui véhicule des valeurs antifascistes, autogestionnaires, de respect mutuel et de transmission des connaissances et des expériences. C’est un lieu d’entre-aide, de solidarité, d’apprentissage du sport et des luttes féministes.

Le Nemesis Fighting Club s’adresse à des groupes mixtes de femmes et minorités de genre. Il a pour but de créer une organisation féministe selon une double perspective (pratique sportive et discussions politiques). […] »

Evènement de rentrée : cours de boxe et d’autodéfense féministe tous les samedis

▶️ https://www.facebook.com/Nemesis-Fighting-Club

 

LIÈGE

🥊 / Boxe populaire Liège / 🙀

Ouvert à toutes et à tous, les ateliers se veulent être des lieux de rencontre, d’apprentissage, de transmission et d’échange. Chaque semaine, deux ateliers et occasionnellement des rencontres avec d’autres clubs, des stages ,(non mixtes et mixtes) , etc… Il n’y a pas d’entraineurs.euses ou d’instructeurs.trices mais des personnes de référence qui encadrent bénévolement les ateliers. Il s’agit de personnes passionné.e.s issues du monde des sports de combats.
Lundi et mercredi 19h – 21h30 : Boxe pied et poing ( Muay thai )
Mercredi une fois sur deux 19h – 21h30 : Self-défense .
Lundi et mercredi 17h – 19h : Salle ouverte – Pratique libre.

▶️ https://www.facebook.com/BoxePopulaireLiege/

 

Rassemblement de soutien à l’Attiéké le 25 juin à 11h, Saint-Denis

Aujourd’hui, l’Attiéké est menacé d’expulsion. Nous sommes convoqué.e.s le 7 juillet au tribunal, face au propriétaire, la Fédération française de triathlon. Derrière, c’est l’expulsion qui s’annonce, avec 40 personnes qui vont se retrouver à la rue. Hier mal-logé-es aujourd’hui menacé-es d’être expulsé-es, sans qu’il n’y ait aucune procédures de relogement. C’est la fin d’un lieu de résistance qui fait vivre les luttes et les solidarités à Saint-Denis.

Nous appelons toutes les forces, tous les collectifs de la ville à s’unir pour revendiquer avec l’Attiéké :
– la réquisition de l’Attiéké ou d’un bâtiment vide par la mairie de Saint-Denis
– le relogement des habitant-es
– la régularisation des habitant.e.s
Nous appelons à se rassembler Samedi 25 juin à 11h devant la Mairie de Saint-Denis
Nous appelons à une semaine de lutte entre le 1er et le 7 juillet.
Samedi 2 juillet, nous appelons à une grande manifestation pour s’opposer à l’expulsion.attieke-st-denis

Tout l’article sur Paris luttes infos

SAINT-DENIS : RUE DE LA RÉPUBLIQUE Comment survivre à un assaut antiterroriste

Le 18 novembre dernier, le monde entier a pu suivre en direct l’assaut de la police contre un immeuble de Saint-Denis. Deux personnes liées aux attaques du 13 novembre y mourraient, ainsi qu’un membre de leur famille. Immédiatement, l’opération fut décrite comme hyper-violente, on parlait de 5000 balles tirées par la police. Il fallu par la suite sécuriser l’immeuble pour éviter qu’il ne s’écroule. Après quelques semaines, le récit officiel et dithyrambique des exploits du RAID prenait un coup dans l’aile lorsque les premières expertises établirent que les policiers s’étaient principalement tirés les uns sur les autres pendant de longues heures. [1] Au détour de quelques articles de journaux, nous apprenions aussi que des voisins avaient été blessés par la police, d’autres placés en garde-à-vue antiterroriste, et certains en centre de rétention [2]. Si les journaux noircissent encore des pages et des pages à propos des survivants du Bataclan, les habitants de Saint-Denis qui se sont retrouvés à la rue après avoir subi un assaut de plusieurs heures ainsi qu’un certain nombre d’humiliations n’intéressent pas grand monde. Des lecteurs de lundimatin sont allés les rencontrer.

LA SUITE SUR LUNDI.AM

Communiqué unitaire sur St Denis.

Après les attentats et l’intervention du Raid à Saint-Denis : ni stigmatisation de nos quartiers, ni réduction de nos libertés

Si les « attentats de Paris » ont fait la Une des médias du monde entier, on oublie —y compris en France— que le quartier populaire de Saint-Denis à également été durement touché. Et dans les jours qui ont suivit, le quartier à été ébranlé encore, par d’autres violences : celles de la violence policière et sociale qui accompagne depuis le 13 novembre l’état d’urgence, celles dont sont victimes les familles qui ont perdus leurs logements, celles de la stigmatisation et des amalgames, celles du bâillon qui muselle les militantes et militants du quartier. Voilà la déclaration commune des associations, syndicats et organisation du quartier qui ne baisseront pas les bras et luttent dans ce moment difficile.

Dans la nuit du vendredi 13 au samedi 14 novembre, une série d’attentats ont ensanglanté Paris et Saint-Denis en faisant près de 130 morts. Nous condamnons fermement ces attaques meurtrières, nous déplorons les morts, et nous sommes solidaires des blessé-e-s et des proches des victimes.

Mercredi 18 novembre, la ville de Saint-Denis s’est réveillée sous l’assaut du RAID visant à interpeller des terroristes. Trois personnes sont mortes. Trente familles ont perdu leur logement et après une semaine de précarité extrême dans un gymnase attendent encore une prise en charge digne de ce nom, c’est-à-dire un relogement.

Non à la réduction des libertés publiques et à l’état d’urgence !

Ces actes terroristes suscitent parmi nous angoisse et peur. Nous ne sommes pour rien dans ces guerres que nous n’avons pas voulues et nous tous voulons vivre en sécurité. Pourtant, nous refusons la prolongation de l’état d’urgence qui signifie en réalité la restriction de nos libertés. Pas besoin de ces mesures pour enquêter et pour arrêter les terroristes.

En revanche, l’état d’urgence aboutit à l’interdiction de nous rassembler, d’exercer notre droit à nous exprimer et à revendiquer. Ainsi, les manifestations de solidarité avec les migrant-e-s, de la COP 21 ou contre les violences faites aux femmes ont été interdites. Des arrestations et des poursuites inacceptables sont engagées contre celles et ceux qui ont tenté de manifester. De même, de nombreuses perquisitions et gardes à vue se sont faites de manière totalement arbitraires, débouchant parfois sur des bavures, et des obligations de quitter le territoire français déloyales dont nous demandons l’annulation.

Nos quartiers ont droit au respect : pas de double peine pour les quartiers populaires

Nous n’acceptons pas non plus que l’intervention du Raid à Saint-Denis conduise à stigmatiser nos quartiers et à libérer la parole raciste et islamophobe sur les habitant-e-s de Saint-Denis. Les musulman-ne-s et les immigré-e-s n’ont rien à voir avec ces actes terroristes. De même, il est inadmissible de faire des migrant-e-s les boucs émissaires de ces attentats. Oui, il faut les accueillir. Tout simplement parce qu’ils et elles sont les premières victimes de Daech et du régime autoritaire de Bachar El Assad.

Leur guerre n’est pas la notre

Les attentats ont été commandités par Daech, une organisation politique et militaire réactionnaire et fasciste d’inspiration salafiste. Mais comment est née cette organisation ? La guerre et l’occupation de l’Irak menées par les pays occidentaux ainsi que la répression de la révolution syrienne par Bachar al-Assad, ont servi de terreau au développement. À la guerre menée par les Etats-Unis et leurs alliés en Irak et en Syrie répondent aujourd’hui des actes terroristes. Et ce sont les populations civiles, ici comme là-bas, qui font les frais de cette mécanique guerrière. Depuis le début de la guerre, la Syrie connaît en moyenne 150 morts par jour.

Impossible d’oublier, également, le rôle du capitalisme, quand les intérêts financiers et commerciaux des pays occidentaux contribuent au déséquilibre de l’ensemble du Moyen-Orient et contredit les discours prétendument humanistes de nos dirigeants.

Dans ce contexte, l’Etat français prétend mener une guerre contre le terrorisme mais les bombardements en Syrie et en Irak, avec les « dommages collatéraux » qu’ils provoquent, viennent avant tout nourrir le mythe du « choc des civilisations » et entretenir la spirale de la guerre. D’autant que, dans le même temps, le gouvernement maintient des relations cordiales avec l’Arabie saoudite et la Turquie, pourtant parmi les soutiens logistiques de Daech, et ne lève pas le petit doigt pour soutenir les révolutionnaires kurdes et syriens qui luttent en première ligne face à Daech et Assad.

Dans ces moments difficiles et pour sortir de ces logiques guerrières, nous devons nous rassembler et construire l’unité dans nos quartiers, nos entreprises, nos foyers, nos lycées et nos facs contre la guerre, contre la réduction des libertés publiques, contre le racisme, pour un autre monde.

Signataires : ACTİT (Association Culturelle des Travailleurs İmmigrés de Turquie) , Alternative Libertaire, AMF Saint-Denis, Coordination des sans-papiers 93, Coordination des foyers de travailleurs migrants, CGA, Centre social Attiéké, Collectif universel Paris 8 (étudiants turcs et kurdes), Comité Solidarité avec les Prisonniers Politiques, CGT Educ’Action Saint-Denis, ENSEMBLE (membre du Front de Gauche), Fédération Anarchiste Groupe Henry Poulaille, ICAD (Comité International Contre les Disparitions), Ligue des droits de l’Homme Section Saint-Denis Plaine Commune, NPA, MRAP, OCML-VP, Parti de Gauche (membre du Front de Gauche), Union Locale Solidaires, Solidaires étudiants Paris 8, Sud Education, Sud CT Mairie de Saint-Denis, SKB (Union des Femmes Socialistes turques).

Photo de CGA région Parisienne.

Encore un mort dans un commissariat, à Saint-Denis cette fois

Cette fois, on n’aura pas appris le drame plus d’un mois après comme pour Amadou Koumé. Dans la nuit de samedi à dimanche, un homme est mort dans un commissariat de Saint-Denis apprend-on dans « Le Parisien« .

L’IGPN, l’Inspection générale de la police nationale vient d’ouvrir une enquête après la mort d’un homme dans la nuit de samedi à dimanche après une altercation avec des policiers au commissariat de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

Le parquet de Bobigny a donné sa version :

« l’homme est reparti puis est revenu dans l’enceinte du commissariat. Il s’est énervé et l’un des policiers en faction l’a repoussé, ce qui a occasionné sa chute. Sa tête a heurté le sol. »

Il est mort quelques heures plus tard à l’hôpital. Faut quand même chuter sacrément durement pour mourir en se cognant la tête. En tombant de sa propre hauteur, ça paraît étrange.

Mais pour 20 Minutes par exemple, rien d’étonnant. D’abord, il l’avait bien cherché : « Il avait tenté d’entrer dans un commissariat », rien que ça !

Quant à l’explication, elle est simple pour nos fins limiers jamais à court d’explications pour excuser les meurtres policiers (y compris avec des grosses fautes). Aujourd’hui donc, cet homme qui avait commis le crime d’après 20 Minutes de vouloir entrer dans un commissariat est mort à cause… de la malchance :

L’homme, qui était « passablement énervé », a voulu s’en prendre à un des policiers en faction « qui l’a repoussé avec la paume de la main », ce qui a provoqué sa chute, a décrit une source policière. « Par malchance, ajouté celle-ci [sic], en tombant, sa tête avait heurté l’arrête du trottoir »

Une mort, qui comme toutes les autres qui impliquent des flics, risque une nouvelle fois de ne pas avoir d’explication. Même Amnesty se disait récemment,dans un rapport international, préoccupée par « l’impartialité et l’exhaustivité des enquêtes menées par les autorités judiciaires » concernant les violences commises par la police française.

PLUS D’INFOS SUR PARIS LUTTES INFOS

RASSEMBLEMENT CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES, SAMEDI 29 NOVEMBRE, SAINT DENIS

10382547_833017826748499_2919875597519345130_o

Femmes en lutte 93 et la Coordination des Sans Papiers du 93 sortent de l’ombre pour vivres libres .
Notre tract en commun !

25 novembre : journée internationale contre les violences faites aux femmes.

Le 25 novembre 1960, les sœurs Mirabal, militantes communistes en lutte contre la dictature en République Dominicaine ont été assassinées par le pouvoir. Ces femmes défendaient leurs droits pour un monde plus juste. Cette journée a été choisie comme journée internationale contre les violences faite aux femmes.

Tous les jours, nous subissons des violences sexistes et sociales dans cette société patriarcale
• les violences familiales et le viol constituent des risques plus importants pour les femmes âgées de 15 à 44 ans que le cancer ou les accidents de la route.
• Seulement 8% des femmes qui subissent des violences de leur conjoint portent plainte.
• Tous les 2 jours, une femme meurt sous les coups de son compagnon.
• 75 000 femmes sont violées chaque année, seulement 10 000 portent plainte et dans 4 cas sur 5, il n’y a pas de condamnation.
• Au travail, 20 à 40% des femmes sont victimes de harcèlement sexuel
• L’école, la famille, le travail, les médias… utilisent le corps des femmes, nous apprennent à obéir et à ne pas nous défendre en cas de violences.
• Dans le 93 (département le plus pauvre en métropole), 25% des femmes subissent des violences dans leur vie, c’est deux fois plus que la moyenne nationale.

Nous voulons nous défendre et oser parler des violences que nous subissons.

Mais aussi des violences économiques !

Si toutes les femmes subissent des violences, et bien nous n’oublions jamais ce qui est différent pour nous. Nous, femmes exploitées, sans papiers, des quartiers, nous n’avons pas les mêmes intérêts que nos patronnes : en plus des violences sexistes subies par toutes, nous subissons des violences économiques spécifiques.
Avec la crise, les violences contre nous sont marquées par une aggravation des conditions de travail : surexploitation, bas salaires, chômage, horaires de fous, précarité, temps partiel imposé, isolement dans le travail. Ces violences au travail, dans l’accès au logement, à la santé, à l’éducation pour nos enfants … nous ne pouvons pas les taire ! Ce sont des violences quotidiennes qui nous bouffent la tête et la vie ! En ce jour du 25 novembre, il faut les rappeler !

Dénoncer les responsabilités de l’Etat et du gouvernement !
Sarkozy et Hollande ont fait de la lutte contre les violences faites aux femmes une cause nationale. Mais alors pourquoi avoir supprimé le ministère du droit des femmes en 2014? La situation des femmes et des classes populaires reste catastrophique. Ce sont eux, l’Etat et ses représentants, les responsables de ces violences !
· C’est l’Etat qui ferme les centres d’IVG et les maternités!
· C’est l’Etat qui détruit le système de santé et d’éducation.
· C’est l’Etat qui diminue les subventions aux associations de soutien aux femmes !
· C’est l’Etat qui instrumentalise les violences contre les femmes pour stigmatiser les quartiers populaires et immigrés !
· C’est l’Etat qui vote des lois racistes et islamophobes
· C’est l’Etat qui maintient les sans-papiers dans la précarité
· C’est l’Etat et sa police qui nous violentent et mutilent nos familles : chasse et rafles de sans-papiers, criminalisation des mouvements de résistance, meurtres dans les quartiers populaires…
· C’est l’Etat qui recule devant l’égalité des droits des personnes LGBT
· C’est l’Etat qui fait la guerre aux peuples, sème la misère dans le monde dont les femmes sont les premières victimes
L’État ne nous défend pas contre ces violences car il les fabrique !
A nous de créer nos propres outils de défense !

Que faire face à ces violences ?
La culpabilité et la honte doivent être du côté des agresseurs et pas des victimes !Encore trop peu de femmes osent parler ou porter plainte suite aux violences subies et aux viols. Discutons, parlons entre femmes, pour sortir de l’isolement et se donner les moyens d’y faire face ! Ne plus se taire c’est se donner une chance de créer nos solidarités.
Ne taisons plus ces violences sous prétexte que ça divise nos luttes. Au contraire, si les femmes osent parler, s’organiser pour construire leurs résistances, ce sont tous nos combats qui s’en trouvent grandis et renforcés.
Comme en Palestine, au Kurdistan, en Philippines, en Inde, au Burkina… les femmes se réunissent et se lèvent pour défendre les droits de leurs peuples. Et comme elles, nous avons aussi besoin d’espaces autonomes entre femmes pour défendre nos intérêts.
Militer entre femmes nous aide à avoir confiance en notre parole, à créer des solidarités entre nous, à faire entendre nos points de vue, à devenir des militantes d’égal à égale dans nos combats communs.
Toutes et tous ensemble contre les violences faites aux femmes !
Ce combat est celui de toutes et tous !
Rassemblement, prise de paroles, chants, slogans.

http://femmesenlutte93.over-blog.com/article-campagne-2014-contre-les-violences-faites-aux-femmes-125068736.html

Soirée de soutien au journal L’Autre-ment

Soirée de soutien au journal L’Autre-ment le samedi 31 mai 2014 au centre social autonome L’Attiéké à Saint-Denis.

Soirée de soutien au journal L’Autre-ment le samedi 31 mai 2014 au centre social autonome L’Attiéké à Saint-Denis.

L’actualité vue d’en bas ! Voilà presque 5 ans que L’Autre-ment circule du côté du 93 et au-delà… Parti de l’initiative d’étudiants des universités de Villetaneuse et de Saint-Denis, ce journal s’inscrit dans une dynamique locale de résistance globale. Modestement mais sûrement, nous nous attachons à diffuser une autre information, et à analyser l’actualité d’en bas, celle de ceux qui luttent, qui valorisent la solidarité, dont on parle peu ou mal dans les grands médias…

Tiré du blog du journal L’Autre-ment 93

18H00 : Présentation du nouveau livre de Skalpel « Du bitume avec une plume »

De 20H00 à 00H00 : Concert avec Première LigneKash LeoneDon K.Sen etLatypik

Prix libre – Bouffe et boisson sur place

Centre social autonome L’Attiéké
31, boulevard Marcel Sembat
93200 Saint-Denis
Métro : Ligne 13 – Porte de Paris

affiche soirée de soutien à l'autrement