🌬🔥 Personne n’a le temps, nous non plus ☠️

LA HONTE

ou Pourquoi l’injonction à ne pas culpabiliser les autres nous entrave

ça fait des années que je consacre une bonne partie de mon temps à de l’agitation politique. Je dessine, je discute, j’organise des événements, je participe à des manifestations et des actions contre les injustices de ce monde de merde.

parmi toutes les choses que j’ai du apprendre à ne pas faire, à cause de considérations stratégiques, il y a le fait de ne pas « culpabiliser » les gens auxquels je m’adresse, ou dont je parle.

la rengaine que j’entends depuis des années, c’est « les véganes, les féministes, les gauchistes » iels sont pas marrants et trop extrémistes parce qu’iels sont culpabilisant.e.s, et c’est à cause de ça qu’iels ne font pas tellement parler d’elleux.

pourtant, la majorité des véganes que je connais ne sont pas prosélytes : iels ne consomment rien d’origine animale, mais n’en parlent pas tellement, ne disent pas aux autres qu’iels devraient l’être, iels ne jugent pas les gens qui mangent de la viande, iels ne leur disent même pas ce qu’iels en pensent pour ne pas les froisser. Chaque végane a peur d’être vu.e comme un.e relou.e qui fait des difficulté lors des repas communs, et est prêt.e à prendre sur soi s’il y a un peu de lait ou d’oeufs, malgré le fait qu’iels désapprouve le fait d’en consommer. Pourtant, impossible d’échapper aux blagues sur le cri de la carotte, aux moqueries, aux attaques déplacées de la part de proches comme de parfait.e.s inconnu.e.s. Les véganes, même quand iels ferment leur gueule, sont vues comme des trouble-fête, comme des individu.e.s culpabilisateur.e.s en soi : montrer qu’il est possible de vivre sans consommer de produits d’origine animale est culpabilisant.e.s pour toute personne qui consomme de la viande mais ne veut pas associer ça a l’idée que des animaux sont tués pour elleux. Je suis moi-même devenue végane parce que j’ai culpabilisé d’être si peu cohérente dans mon rapport à la nourriture et aux animaux non-humains : en allant au salon de l’agriculture, j’ai réalisé que si je désapprouvais les conditions d’élevage et le massacre organisé du bétail, alors je ne pouvais me reposer dessus pour m’alimenter. Je pense que si l’on ne fait pas certains choix, c’est souvent par manque d’informations sur la question, plus que par ignorance, que par indifférence. Continue reading « 🌬🔥 Personne n’a le temps, nous non plus ☠️ »

Liberté pour les inculpés du 18 mai et pour tou.te.s les autres !

 

« Nous sommes des manifestant.e.s contre la loi Travail. […] Nous écrivons ce texte en défense des personnes interpellées suite au feu de joie du mercredi 18 mai, dans lequel une voiture de police a disparu. […] Si nous écrivons ce texte, ce n’est pas pour nous adresser aux juges de ce pays mais à vous que nous croisons tous les jours un peu partout. Méfiez-vous du prétendu bon sens des flics, des ministres et des médias. »
Ce texte est une tribune libre en soutien aux inculpés du 18 mai. Il est la propriété de celles et ceux qui s’y reconnaissent.

Liberté pour les inculpées du 18 mai et tou.te.s les autres !

Nous sommes des manifestant.e.s contre la loi Travail. Nous sommes des syndicalistes. Nous sommes des profs, des intérimaires, des précaires, des chômeuses, des étudiants… Nous nous sommes croisé-e-s au boulot, en réunion de collectifs variés, en terrasse d’un bar, en manif. Nous sommes celles et ceux qui ont crié des slogans et tenu des banderoles à vos côtés. Nous sommes aussi celles et ceux que vous croisez parfois en train de distribuer des tracts ou de partager du sérum phy quand « ça pète ». Il arrive que vous ne nous reconnaissiez pas quand nous protégeons nos visages et nos corps des caméras indiscrètes et surtout des armes de la police. Dans ces moments-là, une minorité d’entre nous lance des projectiles variés sur la police, brise des vitrines de banque ou redécore les murs trop gris de nos villes. Ce n’est pas notre activité principale, vous le savez bien, et nous ne voulons pas y être réduit.e.s. Nous considérons que ce n’est pas à l’État de décider pour nous de nos méthodes de lutte et nous faisons simplement en sorte de pouvoir continuer à agir comme nous l’entendons et de la façon qui nous paraît la plus juste. D’autres ont des avis divergents de nous et nous pouvons critiquer leurs actions mais dans le feu des évènements, notre priorité est surtout de freiner, voire même d’empêcher le sale boulot de l’État et de sa police. Parce que notre ennemi principal ne sera jamais un manifestant avec une stratégie différente de la nôtre mais bien les institutions qui nous exploitent et qui prétendent régir nos vies.

Nous écrivons ce texte en défense des personnes interpellées suite au feu de joie du mercredi 18 mai, dans lequel une voiture de police a disparu. Nos avis divergent sur la portée stratégique de cet acte dans le contexte actuel et recoupent probablement les vôtres. Dans tous les cas, même celles et ceux d’entre nous qui ont des critiques à faire n’iront jamais pour autant pleurer pour de la tôle cramée, et encore moins si cette tôle appartient à la flicaille. Ce qui nous intéresse bien plus, ce sont toutes ces vies que la police et son corollaire judiciaire détruisent. Les yeux crevés par les flashballs, les traumatismes physiques et psychiques des grenades de désencerclement et des coups de tonfa et les milliers d’heures de privation de liberté, que ce soit par des interdictions de manifester, en garde-à-vue, en détention provisoire ou en prison. Et, en l’occurrence, nous nous sentons beaucoup plus concerné.e.s par les cinq personnes qui risquent de perdre leurs plus belles années en taule que par une voiture en feu.

LA SUITE SUR PARIS LUTTES